L'acquisition de la propreté

Cette étape marque un grand pas dans l'autonomie d'un enfant. Pour beaucoup de parents, c'est un moment qu'ils ont hate de voir passer, surtout quand ils regardent le calendrier et que la date de la prochaine "probable " rentrée scolaire pour leur petit se rapproche !

Mais attention, cet apprentissage ne doit pas se faire sous la pression, et nous, adulte, devons simplement déterminer si l'enfant présente les caractéristiques requises à cette nouvelle acquisition. C'est un sujet qu'il ne faut pas hésiter à engager entre parent et Ass Mat, avant sa mise en pratique.

Les parents sont les premiers à mettre en place les explications, à soutenir leur enfant dans cette nouvelle étape (le mieux est un moment de vacances) ; c'est ensuite aux autres adultes qui entourent l'enfant, dont l'Ass Mat que je suis, à emboîter le pas.

- Voici quelques conseils, à mettre en pratique, venant du site internet : www.123boutchou.com

acquisition de la propreté par imitation
Quand est-il prêt pour aller sur le pot ?
Le bon moment pour l'acquisition de la propreté chez l'enfant est celui où votre enfant est physiologiquement et psychologiquement prêt.
La maturité physique correspond au moment où le cerveau de votre petit parvient à exercer une commande (rétention ou expulsion) sur ses sphincters par l'intermédiaire des fibres nerveuses qui atteignent leur maturité vers l'âge de 18 mois.

Votre enfant doit aussi être prêt intellectuellement et manifester un intérêt pour cet apprentissage. Il saura alors vous solliciter de lui même quand il commencera à sentir des "envies" en disant un vocabulaire s'y rapportant (pipi, caca, popo) ou en se manifestant pas des grimaces ou des attitudes (sert les jambes, touche sa couche).

 

Les étapes clefs pour votre enfant avant l'acquisition de la propreté

  • savoir marcher,
  • être stable et équilibré quand il est assis sur le pot,
  • s'asseoir et se relever seul,
  • suivre des directives simples,
  • dire quand il est souillé,
  • désirer l'indépendance.

 

Quel pot choisir ?
Pour connaître les différents types de pots, visitez la rubrique: Choisir le pot idéal pour mon bébé.

 

Les petites astuces pour faciliter l'apprentissage de la propreté chez l'enfant

Mettre le pot à la disposition de votre enfant et laissez le se familiariser avec.
Présentez le pot à votre enfant comme un objet qui lui appartient personnellement.
Installez le pot dans un endroit pratique d'accès pour votre bébé, évitez de modifier ce lieu et réservez lui une certaine intimité.
Expliquez à votre enfant l'utilité du pot et ce que vous attendez de lui.
Choisissez des vêtements simples à enlever (éviter boutons ou combinaisons).
Dans un premier temps laissez votre enfant s'asseoir tout habillé sur le pot. Ensuite, il peut aller sur le pot une fois la couche mouillée enlevée.
Il peut être utile de lui expliquer que selles et urines doivent aller dans le pot. Vous pouvez jeter la couche dans son pot de manière à ce qu'il voit où cela doit se trouver.
Dans un deuxième temps, asseyez-le sans ses vêtements sur le pot en répondant à ses demandes mais, aussi, en essayant d'établir une routine (par exemple, après le réveil et les repas et avant le coucher).
Tenez lui compagnie pour des débuts, il sera moins inquiet et laissez-le quitter le pot dès qu'il le désire.
Louangez les succès même si l'enfant vous avertit trop tard. S'il y est parvenu, félicitez le, mais les récompenses matérielles sont à éviter.
Invitez votre enfant à tirer la chasse d'eau mais uniquement s'il a envie (certains enfants ont peur de la chasse d'eau). Efforcez vous de rassurer votre enfant si la disparition de ses selles l'effraie.
Après des succès répétés, suggérez l'usage d'une culotte propreté et faite de ce moment un événement spécial, ce qui l'encouragera à continuer.

 

Évolution de la propreté: les petits loupés...
L'enfant commence en général par être propre dans la journée, puis ensuite la nuit (parfois, 6 mois d'intervalle sont nécessaire).
La propreté diurne (en journée) est acquise lorsque votre enfant se retient, va chercher son pot et se déshabille seul. Cela peut prendre plusieurs mois voire 1 an.
Le contrôle des intestins (1ere étape en général) ne coïncide pas toujours avec celui de la vessie.
Attendez vous à des accidents. Les accidents occasionnels et la rétention d'urine et des selles sont habituels et font parties du processus d'apprentissage.

- Un autre document, pour aller plus loin, tirer du site : www.doctissimo.fr

Propre à quel âge ?

Il semble inutile de mettre systématiquement votre enfant sur le pot dès son premier anniversaire. Bien que vous ayez hâte de jeter les couches au placard, sachez que l'apprentissage débute en général vers deux ans. Armez-vous de patience et de compréhension pour l'aider à devenir propre.

 

Définir la date normale d'acquisition de la propreté n'est pas facile. Le plus simple est de se référer aux sociétés où l'adulte n'intervient pas du tout dans l'éducation sphinctérienne. Dans les peuplades les plus reculées, les enfants sont propres spontanément vers 3 ans. Contrairement aux enfants occidentaux, ils n'ont pas tendance à jouer avec leurs fèces et la constipation est une affection inconnue. Dans nos sociétés, attendre 3 ans semble trop long et on cherche à accélérer cet apprentissage. Des chercheurs ont fait l'historique des conseils médicaux, depuis le Dr. Pouliot qui recommandait aux parents de 1921 de débuter le "dressage" dès la naissance jusqu'aux pédiatres contemporains français ou américains qui s'accordent sur un âge moyen de 15 à 20 mois.

 

Entre 28 et 36 mois

Pour Françoise Dolto, l’apprentissage doit intervenir aux environs de 2 ans, "à partir du moment où un enfant est capable de monter et descendre une échelle tout seul, une échelle de ménage, jusqu'à la dernière marche à laquelle il s'accroche avec ses mains, que son système nerveux est constitué et qu'il peut donc être propre s'il est attentif".

 

Pour Benjamin Spock, la maturation suffisante à la maîtrise sphinctérienne est contemporaine de certaines acquisitions psychomotrices parallèles qu'il faut guetter avant d'entreprendre une quelconque éducation. L'enfant mûr pour devenir "propre" est celui qui offre à son père rentrant le soir du travail, ou au visiteur qu'il trouve sympathique, ses jouets, quitte à les reprendre ensuite. C'est l'enfant qui aime jouer à placer des objets dans un récipient et qui imite, de plus en plus, dans sa conduite et dans ses jeux, l'activité des adultes. C'est aussi celui qui est fier de ses acquisitions et aime être félicité. Brazelton conseille d'éviter toute mesure coercitive : la plupart des enfants sont propres le jour à 28 mois et la nuit à 36 mois. Il propose d'attendre que l'enfant ait envie d'aller sur le pot. Les parents ont seulement à lui en fournir un, à le laisser jouer avec, à lui montrer comment on s'en sert lorsqu'on est grand, un point c'est tout. Aucune réaction de colère, aucune fessée, aucune moquerie, aucun sarcasme, aucune humiliation ne doivent lui être infligées en cas d'accidents. Par contre, l'enfant doit être félicité d'agir comme une grande personne et non plus comme un bébé.

 

Pour les psychanalystes, à partir d'un an, l'enfant découvre progres sivement ce que Freud le "plaisir anal". Il explore ses sensations sphinctériennes : il ressent la réplétion de ses réservoirs et se rend compte qu'il peut se retenir et expulser à volonté. L'expulsion procure, en même temps qu'un soulagement, une excitation de la muqueuse dont l'enfant tire une jouissance. Il joue (jouit) avec ses sphincters. Il est fier de ses excréments : ils lui appartiennent. Aussi regrette-t-il de devoir s'en séparer. Voir disparaître cette partie de lui même dans les toilettes lors du rugissement effrayant de la chasse d'eau serait parfois un traumatisme psychique important.

 

Des relations affectives

L'enfant s'aperçoit également que ce n'est pas agréable d'avoir une couche souillée et il éprouve alors un sentiment d'ambivalence très net. Bientôt, il va pouvoir apprendre la propreté. Si un conflit affectif latent existe entre la mère et l'enfant ou si un "dressage" intempestif entraîne une réaction de révolte, le refus de propreté sera pour l'enfant un excellent moyen de manifester son désaccord. L'aspect ludique voire érotisé de la relation entre la mère et l'enfant a été complètement mis à l'écart des manuels de puériculture : "l'observation montre que les séances de change ou de pot peuvent être l'occasion d'échanges très intenses en affects entre les protagonistes. Ce n'est sans doute pas un hasard si, comme pour l'allaitement, c'est précisément l'aspect plaisir qui est gommé, ignoré par le spécialiste". 

 

Les psychanalystes affirment qu'un enfant "dressé" trop tôt à être propre a toutes les chances d'être perturbé plus tard : constipation, troubles du comportement (colère, angoisses, etc.), difficultés psychologiques (anorexie mentale, névrose obsessionnelle, énurésie, rigidité, avarice, conformisme, etc.) sont fréquents ensuite.

 

Dr Lyonel Rossant, Dr Jacqueline Rossant-Lumbroso - Mis à jour le 19 janvier 2010


Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
Merci de respecter mon travail. Ne vous appropriez pas ces lignes, mais citer les venant de : line-assistante-maternelle.jimdo.com